Actualité

Année de césure à l’étranger : 4 questions qui font peur

Réaliser une expérience à l’étranger au cours de ses études sera bientôt moins une valeur ajoutée qu’un passage obligatoire. Il est aujourd’hui essentiel  de montrer à un futur employeur qu’on est ouvert sur le monde, que l’on est adaptable et à même de travailler dans un environnement qui est sans cesse en mutation.

Le constat est bien là mais la démarche est un peu moins évidente. L’année de césure à l’étranger commence – tout juste – à rentrer dans les mœurs en France ; une « tradition » qui est  pourtant déjà bien installée dans de nombreux pays, notamment anglo-saxons. Voici un petit tour d’horizon des questions qui reviennent souvent autour de l’année de césure à l’étranger.

Quand faut-il réaliser ce projet ?

Tout dépend de son profil, de ses attentes et ses objectifs. Certains choisissent de partir pour une année de césure avant de commencer leurs études afin de faire le point sur leur orientation. D’autres ont besoin d’une pause pendant leurs études supérieures ou décident de prendre une année pour eux avant de se lancer dans le monde du travail. Loin d’être une année de perdue, l’année de césure s’avère une période de valorisation personnelle et dans bien des cas professionnelle, comme l’explique Eliette, qui a décidé de partir 6 mois en séjour linguistique à Dublin après son master en comptabilité et gestion.

Quel est le meilleur moment pour partir en année de césure ?  - Photo de Lechon Kirb

Quel est le meilleur moment pour partir en année de césure ? – Photo de Lechon Kirb

Comment financer une année de césure à l’étranger ?

Et bien, si vous n’avez pas un gentil mécène pour financer ce projet, il n’y a pas de secret, il vous faudra économiser avant votre séjour à l’étranger et probablement travailler sur place ! D’ailleurs, c’est une belle opportunité pour acquérir une première expérience à l’étranger et découvrir à quoi ressemble le monde du travail dans un autre pays. Pour les destinations hors Europe, vous pourrez opter pour le Programme Vacances Travail, disponible dans plusieurs destinations et qui vous permet de visiter un pays, étudier la langue et travailler pour une durée totale d’un an. Et si vous sentez que votre maîtrise de la langue pêche un peu, rien de mieux que des cours de langue sur place, pour booster votre niveau et mettre toutes les chances de votre côté pour décrocher un job ! D’ailleurs nombreuses sont les écoles qui vous aideront dans votre recherche d’un travail. Un bon tremplin pour débuter votre année de césure !

Comment se débrouiller tout seul à l’autre bout du monde ?

Partir seul à l’autre bout du monde. Voilà qui peut, à juste titre, en effrayer plus d’un !  Pour éviter de s’imposer l’inconnu en solo, il est possible de faire appel à un organisme qui vous permettra de bénéficier, au moins les premiers temps, d’un encadrement et d’un suivi. Un confort plutôt appréciable lorsque l’on arrive dans un pays et une ville inconnus ! Alors pourquoi pas prendre des cours d’anglais à Brisbane, faire un stage à San Fransisco ou bien devenir bénévole à Buenos Aires avant de partir arpenter le pays ? Vous apprécierez le cadre d’une école, d’un structure d’accueil et pourrez prendre le temps de vous habituer à votre nouvel environnement avant de vous envoler de vos propres ailes !

Comment se débrouiller seul à l'autre bout du monde ?  - photo de Lechon Kirb

Comment se débrouiller seul à l’autre bout du monde ? – photo de Lechon Kirb

Cette année de césure peut-elle pénaliser ses études ?

Si jusqu’alors, le doute freinait les étudiants dans leur projet de césure, une circulaire signée le 22 juillet vient de donner un cadre juridique à cette période de césure afin de la faciliter. Dans un communiqué officiel du Ministère de l’éducation national, il est expliqué que « la césure consiste pour un étudiant à suspendre ses études pendant une période pouvant aller de 6 mois à un an afin de vivre une expérience personnelle, professionnelle ou d’engagement en France ou à l’étranger ». Les modalités pour une année de césure sont en outre très larges et ouvrent globalement le droit à tout type de projets personnels ou professionnels. Volontariat, job à l’étranger, préparation à un diplôme de langue : on peut à présent partir l’esprit serein afin de réaliser son projet et reprendre ensuite son cursus, enrichi d’une expérience valorisante.

Besoin de conseils pour votre projet de séjour linguistique ?
Contactez notre équipe de conseillers qui se fera un plaisir de vous aider dans l’élaboration de votre séjour.

A propos de Marie

La maîtrise d’une langue est un ticket d’entrée sans pareil dans le pays et dans la compréhension de son histoire, sa culture et ses habitants. Le fait que je parle anglais et espagnol m’a ouvert de nombreuses portes sur le monde tant sur le plan personnel que professionnel. Voyager, c’est enrichir sa palette de couleurs ! Marie, responsable des médias sociaux pour Boa Lingua France.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>